Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM)

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) sont des institutions qui gèrent des portefeuilles dont les fonds investis sont placés en valeur mobilière.

Ainsi donc, des épargnants qui ne souhaitent pas intervenir  directement sur les marchés  boursiers, en ayant à  se déranger pour étudier la rentabilité de telle ou telle action, peuvent, par le biais des OPCVM, investir sur ces marchés sans y consacrer beaucoup de temps, ou avoir à suivre eux même l’évolution du marché. Le travail de gestion du portefeuille de titres est donc confié à un gérant professionnel qui procède aux arbitrages sur le marché avec les fonds des souscripteurs.

Derrière le terme OPCVM se cachent deux grandes familles de produits : les SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable)  et les FCP (Fonds Communs de Placement).

L’autorité des marchés financiers français (AMF) distingue six grandes familles d’OPCVM selon la nature de leur gestion et des risques qu’elle comporte :

-          Monétaires : destinés à placer de la trésorerie (faible risque de perte et espérance de gain limitée),

-            Obligations ou autres titres de créance : sensibles aux variations des taux d’intérêt ;

-          Diversifiés : fonds qui combinent en général actions, obligations et monétaires ;

-          Actions : pour des investissements à long terme du fait de leur exposition minimale de 60 % sur le marché des actions ;

-          Fonds à formule : dont l’objectif est d’offrir une performance conditionnelle définie en fonction de l’évolution des indices boursiers, des cours, des actions, etc. Par exemple : les fonds garantis ou protégés ;

-          Fonds alternatifs : fonds qui utilisent des stratégies déconnectées des marchés (réservés à des investisseurs avertis).

Nature juridique des OPCVM

Les OPCVM de droit français sont des entités  dont l’activité consiste à investir sur les marchés, l’épargne collectée auprès de leurs porteurs de parts. Ils doivent recevoir un agrément préalable en général, ou à posteriori dans certains cas, de l’AMF.

Les FCP quant à eux n’ont pas de personnalité juridique. Ils sont créés à l’initiative d’une société de gestion et d’une banque dépositaire. L’investisseur en achetant des parts devient membre d’une copropriété de valeurs mobilières mais ne dispose d’aucun droit de vote. Les SICAV sont des sociétés anonymes, avec un conseil d’administration, des assemblées générales, bref une vie sociale, et l’investisseur devient actionnaire alors que pour les FCP les investisseurs gardent juste le statut de porteurs de part.

{lang: 'fr'}

A lire aussi :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*